Master Humanités médicales


Présentation générale

Le Master Humanités médicales propose une formation combinant trois caractéristiques :

  • Une approche en philosophie de la médecine et de la biologie articulant la philosophie des sciences, l’histoire de la philosophie, l’éthique et les théories de la justice appliquées au domaine de la santé.
  • Une approche interdisciplinaire des questions relatives à la santé, aux maladies, au corps et à la médecine, mobilisant les lettres (antiques et modernes), les sciences humaines (l’histoire, droit, économie, géographie, sociologie, anthropologie, philosophie, lettres et histoire de l’art, sciences de l’information et communication) et les sciences (biologie, épidémiologie). Les étudiants sont invités à aborder les questions de santé et de maladies à partir de différentes focales, historiques, philosophiques, épistémologiques, éthiques et politiques, économiques, juridiques, tout en se formant aussi à la question aujourd’hui sensible de la communication et de la médiatisation de ces questions.
  • Une alternance entre formation théorique et travail d’observation empirique. L’ancrage de la formation en milieu professionnel bio-médical (stages à l’hôpital, dans des laboratoires en recherche biomédicale, dans des instituts de santé) sera particulièrement décisif pour la seconde année du master.

On attend des étudiants un goût pour des travaux combinant différentes approches disciplinaires et une certaine appétence pour les recherches empiriques.

L’objectif est triple :

  • Acquérir une maîtrise des outils d’analyse pertinents pour aborder les enjeux actuels des évolutions de la médecine et de notre rapport à la santé et aux maladies, qu’il s’agisse d’outils philosophiques, littéraires, artistiques, historiques, sociologiques, économiques ou juridiques. Disposer des connaissances qui permettront d’aborder ces enjeux avec suffisamment de recul historique et de distance critique.
  • Développer des facultés d’analyse (de textes, de représentations picturales, d’images, de médias) et des capacités d’argumentation (rhétorique, casuistique) afin d’être à même d’animer et de structurer des activités d’éthique clinique. Être à même d’améliorer ses capacités écrites d’expression grâce à un usage rigoureux de l’analyse et de l’argumentation. Se former à la rédaction de rapports sur des sujets en lien avec la santé mais aussi sur l’articulation entre santé et environnement. En M2, il s’agit de concevoir et de réaliser un mémoire de recherche original sur un sujet relevant du champ bio-médical et de la santé à partir d’une approche pluridisciplinaire.
  • Se familiariser avec un travail plus empirique et expérimental d’observation des pratiques médicales en milieu hospitalier ou dans des structures de recherche en lien avec la santé. Se former au montage de projet de recherche sur des thématiques impliquant une approche croisée médecine / biologie / Sciences humaines et sociales.

Organisation de la formation

La formation combine:

  • Des enseignements magistraux dans les principales disciplines constitutives des humanités médicales : philosophie (épistémologie, philosophie antique, politique, philosophie de la médecine et de la biologie, bioéthique) art, littérature (ancienne et moderne) rhétorique, histoire, droit, sociologie, économie, information et communication.
  • Des TD (un TD de droit de la santé complète ainsi l’introduction au droit proposée en CM) et des travaux en groupe ou journées de formation (journées ID4 Health au S1 du M1). Au semestre 2 du M1, le travail en groupe aura pour objectif de préparer le stage du M2 et la définition du sujet de recherche choisi pour le mémoire en lien étroit avec le stage. Chaque étudiant devra choisir au cours de l’année de M1 un enseignant pour superviser son travail de mémoire en M2 et amorcer avec lui le projet (de mémoire et de stage). Il devra rendre un projet de 10 pages maximum concernant ce projet à la fin du S2 du M1 (travail en groupe et préparation du stage).
  • Des cours de langue (dispensés par le SIAL).
  • Un travail pratique d’observation de terrain réalisé en grande partie lors du M2 avec les stages à la fin de chaque semestre. Le stage devra être choisi en concertation avec la ou le directeur de mémoire et avec l’accord de l’institution ou du service accueillant l’étudiant.

 

Inscriptions et contrôle des connaissances

Lors des inscriptions pédagogiques, nécessaires pour passer les examens et, par conséquent, pour obtenir les UE du master, les étudiants ont le choix entre une inscription en régime de contrôle continu et une inscription en régime de « dispense d’assiduité ».

Le régime de contrôle continu est le régime normal. L’inscription en régime de « dispense d’assiduité » est une inscription dérogatoire qui peut être accordée sur décision du directeur de l’UFR aux étudiants :

  • ayant une activité professionnelle (infirmières, internes en médecine etc.)
  • ayant des enfants à charge ;
  • inscrits dans deux cursus indépendants ;
  • handicapés ;
  • sportifs de haut niveau ;
  • engagés dans la vie civique ;
  • élus dans les Conseils.

Les étudiants qui répondent à l’une de ces conditions doivent faire la demande d’une inscription en régime de « dispense d’assiduité » (comprenant tous les justificatifs), auprès du secrétariat de l’UFR un mois au plus tard après la date du début des cours à chacun des semestres. Si la situation de l’étudiant l’exige (maladie, changement de contrat de travail, etc.), le délai d’un mois pourra être repoussé.

L’étudiant s’inscrit dans le groupe « dispensés d’assiduité » lors de ses inscriptions pédagogiques et produit les justificatifs nécessaires. En l’absence de ces derniers, le secrétariat inscrira l’étudiant en régime de contrôle continu et l’affectera à un groupe de TD.

Les inscriptions pédagogiques se font chaque semestre.

Conformément aux modalités de contrôle des connaissances adoptées par le Conseil d’administration, toutes les UE de master sont évaluées en régime de contrôle continu intégral et ne font donc pas l’objet d’une session de rattrapage.

Ce contrôle continu peut prendre des formes différentes qui seront précisées par l’enseignant responsable de l’UE (exercice sur table, interrogation orale, exposé, petit mémoire, etc.). Il comprend deux notes au cours du semestre.

Les étudiants dispensés d’assiduité valident leurs UE en participant au dernier examen de contrôle continu organisé par l’enseignant ou en lui remettant un travail préalablement défini par l’enseignant. Les étudiants inscrits dans ce régime dérogatoire doivent donc prendre contact avec l’enseignant pour connaître les contenus du cours ainsi que les modalités d’évaluation. Les étudiants étrangers inscrits dans les programmes d’échange, notamment ERASMUS, sont soumis aux mêmes conditions de contrôle des connaissances. Les étudiants ayant un handicap peuvent bénéficier de mesures particulières lors des épreuves. Les évaluations des UE de master peuvent avoir lieu durant la période de cours comme durant la période d’examens définie par le calendrier universitaire voté au Conseil de la Faculté.

Pour le calcul de la moyenne de chaque semestre, la note de chaque UE est affectée d’un coefficient égal au nombre d’ECTS (European Credits Transfer System) de l’UE.

Attention : en M2, la dernière semaine du semestre sera banalisée afin de permettre aux étudiants d’effectuer leur stage.

Le passage de Master 1 en Master 2 est conditionné par l’obtention d’une moyenne annuelle supérieure ou égale à 10/20 (éventuellement après compensation entre les deux semestres de M1).

 

Related Posts

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.